Le mental du combattant: le calme du tigre




Aujourd'hui j'aimerais vous présenter la préparation mentale au sein de la pratique sportive qui m'a accompagnée chaque jour de ma vie d'enfant, d'adolescente et de jeune fille et qui est protagoniste encore actuellement de ma vie: les sports de combats.

Ce mot “combat”, il semble cacher une signification liée à la souffrance, à la bataille, avec soi meme ou contre quelqu'un d'autre, une rencontre violente... Ce sont tous des paroles qui pourraient susciter peut etre de la rage, de la violence, ou encore de la négativité.

Mais comme ma longue expérience de sportive de haut niveau m'a appris et mes études des Sciences du Sport et en Préparation mentale m'ont illustré, en marchant 4 heures par jours sur les tatamis d'entrainement italiens, français et du monde, le sport de combat, qu'il soit d'opposition ou de préhension, d'origine orientale ou occidentale, est l'emblème de l'équilibre mental que volontairement ou involontairement le sportif entraine: le “calme du tigre”.

Oui car, comme certains d'entre vous savent déjà, il y a une différence subtile entre la violence et l'agressivité.

La violence peut etre définie comme un acte contre l'autre avec l'intention de provoquer une souffrance et/ou une blessure. L'agressivité, au contraire, est une impulsion spontanée, accompagnée d'une force vitale. Elle peut se transformer en violence ou en détermination. Il y a une sorte d'agressivité saine, créative, passionée qui permet de faire les choses, d'affronter les situations, de se sentir vivant et acteur.” (A. Oliverio Ferraris, Piccoli bulli crescono, BUR 2006)

Ainsi, comme vous pouviez l'imaginer, le combattant doit etre capable de rester en equilibre entre le calme et l'aggressivité, tout en cherchant de ne pas tomber dans la simple violence, en oubliant ainsi son réel objectif, remporter le match. Il se fera aveugler par un sentiment incohérent avec sa pratique reglementée.

En effet lors des évènements importants de judo, de boxe, de karaté, de lutte, de taekwondo, etc. il n'est pas rare de remarquer les champions qui “transpirent” une confiance en soi hors norme avant le combat, sur le ring ou le tapis, tout en restant à la fois tranquils et lucides, et aggressifs et déterminés.

Toutefois la préparation mentale et psychologique est un vetement de “haute couture” à construire en se basant sur les nombreux besoins de l'athlète. Ce n'est pas une simple “pièce de pret-à-porter”. Pourtant, il arrive que la préparation de l'entraineur et du préparateur physique ne suffisent pas, et l'on fait appel donc à l'intervention d'un figure professionnelle telle que celle du préparateur mental. Il s'agit donc d'optimiser les performances en compétition.

Il est triste de voir des combattants faisant des sacrifices pendant des heures, des jours, des années, qui transpirent l'eau de leur corps pour arriver au poids au jour J, voir qui se blessent parfois, mais qui n'obtiennent pas les médailles qu'ils méritent car ils ne se sont pas entrainés mentalement.

En outre, les études ont démontré que les sportifs possédant une force mentale solide souvent présentent des résultats plus constants le long de leur carrière. Et cette force mentale... s'entraine!

Quelles sont les “fenetres” de la “maison” appellée préparation mentale?

Les trois composantes plus importantes en sport de combat, qui est une discipline dite d'habileté ouverte, sont:

  1. L'activation/relaxation= la capacité de rester dans un état de vigilance et donc d'avoir des réactions rapides, une augmentation de la vitesse, de l'esplosivité et de la puissance. C'est comme une sorte de "base" physiologique et psychologique nécéssaire à la production de toutes les qualités physiques de l'athlète.

  2. La gestion du stress et de l'anxiété = pour maintenir le calme nécéssaire pour l'analyse des situations et dans la prise de décision

  3. La concentration = pour rester dans l'action, dans le but de profiter de chaque occasion qui se présente tout en évitant les erreurs et en donnant son maximum du début à la fin du combat. Elle permet ainsi d'exprimer l'intuition et le “talent” que l'athlète possède ainsi que les éléments préparés et automatisés à l'entrainement.

Et quand ces fenetres “se ferment”?

Très souvent (mais je ne veux pas généraliser) la cause primaire est représentée par les pensées parasites (pensées négatives par exemple). Elles déstabilisent le boxeur, le lutteur, le judoka, etc. malgré sa “recherche” de concentration.

Elles peuvent etre générées par:

  • le stress élévé

  • la peur de perdre

  • la peur de se blesser

  • une faible capacité de concentration

  • un manque de confiance en soi et la présence de croyances limitantes

  • la pression des partenaires

  • la peur de gagner

  • des facteurs externes

  • des facteurs physiologiques interne, …

Or ce paradoxe du “calme du tigre” n'est pas le seul... car il ne faut pas combattre ces distracteurs pour les chasser!

La seule façon pour les éliminer est de les laisser passer et déplacer son attention vers des pensées utiles et positives controlables.

Pour ce faire ils existent différentes méthodes que le préparateur mental vous apprendra, parmi lesquelles: la visualisation, la respiration, les ancrages, la prise de conscience des membres, et pleins d'autre encore! Ce sont toutes des techniques que vous pouvez exécuter avant, pendant ou après la performance.

En tant que judokate, je suis passée à coté de nombreuses compétitions, notamment ou le défi était élévé, voir différent que les autres. Il m'est arrivé de gagner des combats, sans m'en rendre compte, en ayant la sensation de fonctionner facilement et d'en etre consciente seulement lors de l'atterissage de l'adversaire sur le tapis en “ippon”, en étant convaincue en amont que mon attaque allait produire ma victoire. Mais j'ai vécu également le contraire, c'est-à-dire ces combats que j'appelle “sans saveur” ou on ne me reconnaissait pas, ou je fonctionnait en pilote automatique (le pilote automatique qui fait tomber mon avion de la journée!). Combien de compétitions ratées à cause d'une immobilité incontrolable ou un énervement causé par le perfectionnisme que lors des entrainements n'existait pas, tout en voyant (ou plutot en étant aveugle) une grande confusion dans mes stratégies, que malgré l'automaticité que j'avais à l'entrainement, elles étaient parties avec kilos perdus pour arriver au poids la compétition. Ou encore les pensées liées au tableau, ou aux combats passés perdus (mais aussi les gagnés), la paradoxale peur de gagner, et j'en passe!

La préparation mentale aide à trouver sa propre solution à chaque problème que l'on rencontre, qui est originale à l'individu. Or elle est étudié et structuré pour etre individualisée pour chacun.

Le vrai défi du combattant est obtenir un état mental optimal à chaque compétition, avoir une activation adéquate et réussir à maintenir une concentration d'acier pendant le combat!

Piccin Cristina

préparatrice mentale et judoka hn

www.factorpmentalpreparation.com



0 visualizzazioni

Per qualsiasi INFO riguardante tariffe, orari, o altro sarò felice di rispondervi via mail o telefono. Altrimenti lasciate qui sotto i vostri dati e vi ricontatterò al più presto. 

Vous avez des questions concernant les tarifs, les horaires, ou autre je serai très heureuse de vous répondre par mail ou par téléphone. Ou sinon vous pouvez laisser vos coordonnées ici dessous et je vous recontacterai rapidement. 

Contact

PICCIN Cristina

facebook: Factor P: Mental Preparation by Cristina Piccin

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black LinkedIn Icon

© by Factor P - Piccin Cristina. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now